Partagez | 
 

muutantsz (check bb check)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
Messages :
47
Arrivé(e) le :
17/05/2016
Avatar :
Maggie Smith.
Crédits :
Arté. (avatar)
Points :
3

personnage non joueur

Jeu 19 Mai - 21:08

Les mutations génétiques ont toujours permis aux organismes vivants d'évoluer pour s'adapter à leur environnement, alors que les espèces inférieures finissaient par disparaître.
A l'ère de la préhistoire coexistaient plusieurs espèces d'êtres humains, comme l'Homo sapiens, l'Homo neanderthalensis ou l'Homo floresiensis. Au fil des siècles, tous les rameaux du genre Homo s'éteignirent à part la première, celle de l'homme moderne. Du moins, jusqu'à ce que le genre Homo superior ne se démultiplie sur la surface de la terre.

L'Homo superior est une branche de l'être humain possédant une variation génétique particulière, le gêne X. Chez certaines personnes, il n'est que latent et se manifestera dans sa lignée, alors qu'il est responsable chez d'autres de capacités spéciales et surhumaines.
Ces êtres hors du commun sont appelés mutants – au contraire des mutés, ayant acquis leur pouvoir après le contact avec une substance extérieure ou une machine. Toutefois, il est fort possible que la descendance d'un muté soit composée de mutants.
La plupart des pouvoirs sont de l'ordre physique, comme la force surhumaine, ou psychologique, comme la télékinésie, mais les possibilités de mutations sont quasiment infinies.
La plupart des mutants apprennent l'existence de leurs pouvoirs à l'adolescence, suite à un choc émotionnel, mais il est des cas où le gêne X se manifeste dès la naissance ou à l'âge adulte.
Il est possible que la descendance d'un mutant hérite partiellement du pouvoir de son parent.
Certains mutants au physique trop différent d'un être humain lambda forment des communautés isolées du reste de l'humanité.


Histoire

Le gêne X existe depuis la préhistoire, et des mutants se sont manifestés à travers les âges depuis Cro-magnon jusqu'au 19ème siècle, en passant par l'Antiquité. Toutefois, le nombre de mutants s'est démultiplié au 20ème siècle. Les radiations des bombes atomiques ont stimulé le gêne et sont parfois responsables directement de la mutation de certains Homo superior. En conséquence, ces derniers ont parfois été affublé du surnom d'enfants de l'atome.

Au début du 21ème siècle, le gêne X fut identifié par une scientifique, mais 20 ans après cette découverte, il fut également établi que les mutants surpasseraient en nombre les humains, et deviendraient la population principale de la terre en moins de quatre générations. Les humains se mirent à craindre d'autant plus les mutants et ce siècle fut émaillé de nombreux conflits, dont l'un des principaux opposaient deux Homo superior, le professeur Charles Xavier, prônant la tolérance, et Magneto, qui encourageait les mutants à asservir les humains.
Le sentiment anti-mutant déboucha sur de nombreuses dérives et initiatives, dont notamment le projet Sentinelle, par Bolivar Trask. Robots géants extrêmement résistants et capables de contrer n'importe quelles menaces, ils étaient utilisés pour faire la chasse aux mutants. Actuellement, les plans des Sentinelles ont disparus, mais ils en subsistent quelques unes, soigneusement gardées par les gouvernements en cas d'urgence.
D'autres projets virent le jour, comme le Mutant Registration Act, mais la situation des Homo superior changea radicalement avec les événements de la deuxième guerre civile. Ils moururent en masse, engagés dans le conflit qui secouait la planète, parfois sciemment exterminés par des groupes haineux

Situation actuelle

Si le nombre de mutants a de nouveau augmenté au cours du siècle, passant à environ à plusieurs milliers d'individus, leur situation ne s'est pas améliorée. L'Opération Annihilation ne toucha pas seulement les super héros, mais également les mutants, et s'exporta dans les pays de l'ancien monde, mais aussi en Océanie, en Asie ou en Afrique. Les gouvernements refusant d'assassiner ou d'enfermer toute une partie de la population, ils mirent en place une surveillance accrue des mutants.

Afin de détecter les enfants porteurs du gêne X, la médecine tenta de s'en référer aux diagnostiques pré-natals. Toutefois, l'amniocentèse, ou prélèvement du liquide amniotique, qui devait être effectué afin de réaliser l'analyse présentait des risques : dans un cas sur 100, la grossesse se terminait en fausse couche. De plus, elle était très imprécise et ne dévoilait que les probabilités que l'enfant à naître soit mutant sans jamais livrer une certitude sur son anomalie chromosomique. La plupart des parents la refusait, et cet examen n'est plus courant aujourd'hui bien qu'il existe toujours des mères prêtes à le passer et à avorter en cas de probabilité de mutation, même s'il ne s'agit que d'une chance sur 100.

A la place de l'amniocentèse, un prélèvement sanguin est effectué sur tous les enfants naissant dans les hôpitaux du pays. Les chromosomes contenus dans l'échantillon sont alors analysés pour détecter la présence du gêne X. Toutefois, cette méthode n'est pas totalement fiable. Elle peut produire des faux positif ou des faux négatif et son taux de fiabilité se situe autour des 80 à 85%.

Un enfant ainsi détecté est laissé à ses parents, mais ceux-ci sont contraints de se présenter tous les mois dans la mairie de leur ville pour attester qu'ils n'ont pas pris la fuite avec leur enfant ou pire, ne s'en sont pas débarrassés. A la période de l'adolescence, âge où se manifeste le plus souvent les pouvoirs, la surveillance est d'autant plus renforcée pour éviter une catastrophe. Une visite médicale régulière dans un centre spécialisé est obligatoire pour ces adolescents.

Une fois leur mutation révélée, les mutants ont l'obligation de suivre une formation afin de contrôler leurs pouvoirs. Ils subissent aussi une opération afin d'insérer une puce sous leur peau. Celle-ci permet de localiser la position du mutant grâce à un système GPS mais aussi de détecter le taux d'hormones lié au gêne X dans le sang à partir d'un certain seuil. Une présence importante et soudaine de ces hormones indiquerait une utilisation massive du pouvoir, et entraînant une réponse toute ausssi massive de la Milice pour vérifier la situation du mutant. Les utilisations plus modérés de la mutation ne déclenche en général aucune réaction de la puce.
Minuscule et installée directement sur le coeur, il est possible de retirer cette puce et de disparaître ainsi des écrans de contrôle, mais pas sans l'aide d'un chirurgien.
De plus, une puce ne marchant plus est considérée comme un signe de la mort du mutant ou du muté la portant. En cas d'absence du corps, il est plus que probable que le HAMMER se lancera aux trousses du disparu. Le prix de la liberté pour les mutants est aussi celui de la fuite : une vie normale n'est plus envisageable pour eux, à moins de se placarder de faux papiers et de se construire une toute nouvelle identité.
Officiellement, les mutants sont capables de mener une vie normale, mais ils font bien souvent l'objet de discrimination ignorées par le gouvernement.
Un mutant usant de ses pouvoirs en public est extrêmement mal vu.

Si, lors d'une recherche d'emploi, un mutant n'a pas à signaler sa situation, un employeur potentiel peut parfaitement exiger de le savoir, et a tout les droits d'obtenir la vérité. Il peut refuser un candidat à cause de sa mutation, et ne sera jamais inquiété par la loi. En revanche, un mutant ayant déjà causé des ennuis à la société est obligé de décliner sa totale identité lorsqu'il désire entrer dans un entreprise ou dans une université.

Bien que de nombreux pays aient adhéré au projet Annihilation la situation pour les mutants n'est pas la même partout dans le monde. Dans les pays à tendances totalitaires, les mutants sont poussés en marge de la société quand ils ne sont pas enrôlés de force dans les ordres militaires.
En revanche, les mutants sont bien plus acceptés au sein des peuples à la culture chamanique, comme les Mongols ou les Sibériens. Ils sont traités comme des membres à part entière de la société et ne souffrent d'aucune discrimination.
Ils disposent également de toutes leurs libertés au Wakanda.

Lorsqu'un mutant a commis un crime, en usant de ses pouvoirs ou non, il est incarcéré dans une Prison Alpha. Situés dans des lieux isolés, ces pénitenciers sont spécialement adaptés pour leurs occupants. Un mutant maîtrisant la pierre écopera d'une cellule en plastique, celui à la force surhumaine d'une en adamantium, bien qu'il n'en existe qu'une dans tout le pays à cause du prix et de la rareté de ce métal‏. Quand aux gardes, ils portent des casques pourvus d'un système électrique afin de brouiller les ondes psioniques : un mutant doté du don de télépathie, de manipulation mentale ou de persuasion ne pourra ainsi pas faire usage de son pouvoir sur eux.
Pour retenir un mutant passe-muraille emprisonné, le gouvernement a fait appel à la bonne vieille méthode des Sentinelles. Un intangible se retrouvant dans une Prison Alpha sera sous la garde d'un des robots, rendant toute tentative d'évasion fortuite et particulièrement mortelle.
Très peu d'hommes et de femmes se sont évadés de ces lieux au cours des années, et certains disent même qu'il est impossible d'en sortir avant la fin de sa sentence.[/justify]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
 muutantsz (check bb check)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Graffiti, Art-toyz & Street-art! Check mon space....
» Comment préparez-vous votre Graspop ?
» Problème sur edirol orchestral
» P'tite RemixTape en mode Barbecue !
» LIGHT OF THE WORLD

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LES INHUMAINS :: les généralités :: Archives-
Sauter vers: